Construction : les différences entre le gros œuvre et le second œuvre ?

10/06/2021 Juliette Duffau

logo facebook logo linkedin logo twitter

Les projets de construction de bâtiments ou de maisons individuelles entièrement neufs s’articulent en deux phases distinctes et pourtant liées l’une à l’autre : le gros œuvre et le second œuvre. De par leur importance clé dans la construction, elles correspondent également la plupart du temps à des phases d’appel de fonds auprès du maître d’ouvrage. 

Ces deux séquences regroupent des corps de métier différents auxquels on peut aussi faire appel individuellement pour réaliser des travaux de rénovation ou de petits travaux de construction. Ceux-ci sont souvent regroupés sous l’égide d’une entreprise générale dite « tous corps d’état » qui prend en charge tous les types de travaux nécessaires à la construction d’un bâtiment de A à Z. L’entreprise de construction a alors recours au contrat de sous-traitance pour s’associer avec les corps d’état de gros œuvre et de second œuvre et ainsi assurer l’ensemble de la réalisation des travaux jusqu’à leur achèvement. Or, qu’est-ce qui différencie ces deux étapes de construction de l’ouvrage ?


 

Les travaux de gros œuvre pour la structure d’une construction neuve


 

Lorsqu’on parle de gros œuvre dans le BTP, on identifie tous les travaux relatifs à la structure de l’ouvrage, à son ossature, mais aussi à sa solidité et qui relèvent de la garantie décennale des constructeurs ainsi que de l’assurance dommages-ouvrage. Les travaux de démolition de bâtiments existants s’inscrivent également dans cette catégorie.


 

Du « hors d’eau » au « hors d’air »


 

Un chantier de gros œuvre pour une construction neuve s’organise lui-même en 2 phases : 


 


 

Pour imager, une habitation est hors d’eau lorsqu’elle peut accueillir avec sérénité la pluie qui tombe du ciel ! Elle est principalement constituée, après la réalisation de travaux de terrassement, de fondations, d’un raccordement au réseau d’assainissement, de dalles, d’une élévation de murs porteurs, d’une charpente et d’une toiture.


 


 

Tout de suite après le hors d’eau, la construction arrive à l’étape du hors d’air. Une maison individuelle ou un immeuble est hors d’air lorsqu’ils sont totalement étanches à l’air. Le « couvert » imperméable est de ce fait complété par les menuiseries extérieures (portes et fenêtres) qui ferment le futur logement et l’isole des intempéries.


 

Les entreprises de gros œuvre


 

Pour l’ensemble des ouvrages, la qualité de la structure est déterminante pour leur pérennité. C’est pourquoi les entreprises de gros œuvre disposent nécessairement d’une grande expertise technique sur laquelle ils engagent leur responsabilité. Ce sont les corps de métiers suivants :


 


 

Les travaux de second œuvre : les travaux de finition


 

Une fois les « gros œuvres » achevés, les constructeurs se concentrent sur les aménagements intérieurs et les travaux de finition de l’ouvrage. 


 

Le projet de construction devient habitable


 

Les travaux de second œuvre du bâtiment concernent des domaines très différents. En effet, une grande partie d’entre eux a pour objectif de rendre le bien utilisable conformément à sa destination, alors qu’une autre partie a pour but de le rend esthétique. L’installation électrique et de la plomberie, la pose de la chaudière ou encore l’isolation thermique sont des travaux indispensables à l’ouvrage. Alors que les travaux de peinture relèvent de sa finition.


 

Les différents corps d’état de second œuvre 


 

Ces travaux regroupent une quantité importante et très disparate de professionnels qui peuvent difficilement être listés de manière exhaustive. Ils peuvent cependant être répartis en deux catégories. 


 


 

L’électricien organise tous les réseaux d’éclairage et d’alimentation des appareils électriques, mais installe également la ventilation pour assainir l’air du logement, les climatisations et autres pompes à chaleur. Le plombier prend en charge les installations sanitaires, l’alimentation en eau et le raccordement au réseau d’assainissement individuel ou collectif.


 


 

La pose de menuiseries intérieures telles que les portes et les escaliers est effectuée par le menuisier. Puis les revêtements intérieurs sont assurés par le carreleur et le peintre, après que le plaquiste a réalisé les cloisons et les travaux d’isolation thermique et acoustique. L’enduit des façades constitue le domaine des façadiers. Bien plus que de simples peintres, leur tâche est également essentielle en matière d’étanchéité de l’ouvrage par l’extérieur. Le couvreur s’occupe quant à lui de l’isolation des combles. Il existe par ailleurs de nombreux autres travaux de maçonnerie qui relèvent du second œuvre dans la mesure où ils ne concernent pas la structure de l’ouvrage. 


 

***

On peut résumer les différences entre les travaux de gros œuvre et de second œuvre à leur impact sur l’ouvrage. Les premiers sont fondamentaux pour l’ouvrage et peuvent difficilement être modifiés une fois la construction terminée. Ce qui est moins vrai pour les seconds.

Le secteur du bâtiment et des travaux publics regroupe une quantité importante de métiers. À cela s’ajoute le fait que ceux-ci se démultiplient ensuite les matériaux de construction utilisés. Aussi, selon la nature du projet de construction, une quantité importante d’entreprises peut être amenée à intervenir sous l’égide d’une entreprise générale. Le nombre de sous-traitants avec lesquels elle va ainsi contractualiser constitue autant de points de difficultés à gérer. C’est pourquoi elle doit nécessairement avoir une connaissance de chacun de ces métiers pour assurer au mieux son projet de construction.


 

Découvrir AOS